21 December, 2014

[JOURNAL DE BORD] Kassetaba à Man


Quand l'on me demande quel pays je rêve de visiter, je réponds la Côte d'Ivoire. Mes interlocuteurs sont en général surpris vu que je réside en Côte d'Ivoire depuis toujours. Mais hormis le fait que j'adore mon pays, je pense qu'avant d'amorcer la découverte de nouveaux territoires, on devrait d'abord penser à découvrir les richesses de son pays.
Kassetaba signifie en yacouba (langue locale) bienvenue!
Ceci dit, je vous emmène à la découverte de la ville de Man, située dans l'ouest de la Côte d'Ivoire précisément dans lé région du Tonkpi. Je n'ai pas eu l'occasion de la découvrir avant, même s'il est vrai que j'étais à mon deuxième séjour. Je n'avais qu'une demi-journée de libre, que j'ai décidé la mettre à profit.
De Man, je connaissais les endroits caractéristiques dont j'avais entendu parlé dans mes livres du primaire: la cascade, le pont aux lianes, les tisserands...En toute logique, j'ai décidé de voir ces endroits en priorité et de m'attaquer ensuite à d'autres zones si j'en avais le temps.
 Avec notre guide de circonstances, nous avons fait un petit tour de la ville.
Nous avons visité rapidement quelques quartiers, en partant du quartier lycée au centre-ville. A Man, il existe deux grands night-club: Le Privilège et L'Iroko dont la façade présente des portraits d'artistes en vogue.

Le bar était en plein nettoyage

Nous avons fait ensuite un petit tour du côté de la mairie, avant de nous rendre à la forêt des singes sacrés.



Selon la légende populaire, ces singes seraient des hommes (ou plutôt des descendants d'hommes) qui se seraient transformés pour se protéger d'un danger. Il est interdit à toute personne étrangère de rentrer dans cette forêt au risque de ne pas en sortir, ou encore de faire un quelconque mal à ces singes si l'on ne veut pas s'attirer des malheurs. Il y a même des histoires de personnes qui ont trouvé la mort après avoir fait du mal à ces singes, juste à quelques mètres de la forêt. La dernière en date, est celle d'un homme en arme, qui aurait pris les histoires des villageois pour des fadaises et aurait abattu l'un des singes avec pour projet d'en faire son repas. Il a été victime d'un accident de circulation au pied même de cette forêt en rentrant avec son butin. Légende ou pas, vaut mieux respecter les traditions locales!!!
Pour ma part, j'ai pu les observer avec fascination même si j'avoue que j'ai eu peur de m'en approcher (rires). 



Ils sont très familiers de l'homme. Je pense que ce comportement est la conséquence de la visite régulière des touristes qui leur offrent des bananes.
Après la visite des singes, direction la mythique cascade. Je piaffais d'impatience tellement j'avais envie de la voir.
Le chemin pour y arriver est plutôt tortueux, accrochez vous!

Pose pour la postérité

Pour accéder au site, il faut débourser une petite somme d'argent.
A la vue du site, mon impatience à laissé place à la déception, et pour cause, l'endroit a l'air à l'abandon,pas assez entretenu.
Le pont de lianes n'existe que de nom. Selon ce que j'ai appris, il est refait périodiquement mais ne dure plus autant de temps parce ce qu'il n'y a plus de pratiques mystiques qui y est associé. En plus, les effets du réchauffement climatique se font ressentir et il n'y a plus d'eau à la cascade.
Je suis convaincue qu'il est possible de créer un système d'irrigation artificielle pour les périodes très sèches, afin de rendre le site attractif toute l'année.


Le pont est sensé être ce qu'il y'a en arrière-plan


Il faut avoir le souffle long quand on décide de se rendre à la cascade, les marches vont vous faire faire votre sport de la semaine.
Nous avons ensuite eu envie d'aller à la montagne. Nous envisagions de nous rendre au Mont Tonkpi, mais nous avons eu du mal à avoir de bonnes indications de l'endroit. Du coup, nous nous sommes orientés vers la dent de Man dont la voix d'accès se situe dans un village pas loin du quartier Libreville surnommé Dioulabougou.
Encore là, il faut donner de l'argent pour pourvoir être autorisé à emprunter le chemin de la montagne. Nous nous faisons accompagner par deux guides: un étranger n'est pas autorisé à s'y rendre seul.Impossible d'y aller en voiture, la seule voix d'accès possible est à pied sur une pente très abrupte et se situe à pas moins de 6 km de marche. Autant vous dire qu'il faut se préparer avant d'y aller, et nous, en plus de ne pas avoir assez de temps et n'étions pas prêts physiquement, faut l'avouer (rires). Nous avons quand même fait un km de marche pour avoir une meilleure vue de l'endroit en espérant s'y rendre à notre prochain séjour.


J'ai adoré l'air frais et sain que l'on trouve dans la région, très loin de la pollution des grandes villes.

Mes guides Anderson 1er à gauche et Ffabrice à droite


J'ai pu découvrir également que les populations cassaient la montagne pour le granite en y mettant le feu.Il serait important que les autorités puissent se pencher sur ce phénomène pour protéger nos richesses locales. 

Je ressors mitigée de ce périple. Je suis très heureuse d'avoir découvert une partie de la ville, un peu triste de n'avoir pas pu voir tous les lieux que je voulais et goûter à des spécialités culinaires locales mais surtout inquiète de la protection de l'environnement et de l'entretien de ce patrimoine immense.


PS: Évitez tout ce qui est blanc quand vous vous rendez à Man, il y a très très peu de voix bitumées et beaucoup de poussières et de terre rouge.
Si vous vous y rendez en car, vous devez être à la gare au plus tard à 7h, à l'aller comme au retour pour éviter les "masa" et leur lot de tracasseries.
A très bientôt pour de nouvelles aventures!


Post a Comment